Aller au contenu principal

Tininnimiutait : Évaluer le potentiel des aliments marins locaux accessibles depuis le littoral pour accroître la sécurité alimentaire et la souveraineté au Nunavik


Chercheurs principaux

Lucie Beaulieu (Sciences des aliments), Ladd Johnson (Biologie)
 

Co-chercheurs

Mélanie Lemire (Médecine sociale et préventive), Christopher Fletcher (Médecine sociale et préventive), Philippe Archambault (Biologie), Bernard C. Beaudreau (Économique)
 

Collaborateurs

Stéphane Modat (Chef, Fairmont Le Château Frontenac), Samuel Godefroy (Sciences des aliments), Yves St-Pierre (INRS)
 

Partenaires

INAF, Québec-Océan, ArcticNet, communauté de Kangiqsualujjuaq
 

Résumé du projet

Les Inuits occupent depuis longtemps leur territoire en harmonie avec la nature, en respectant et en apprenant de leur environnement, tout en bénéficiant de sa richesse pour soutenir leur système alimentaire. Les écosystèmes arctiques comprennent une diversité d’aliments marins, mais leur disponibilité est altérée en raison des pressions démographiques et des changements climatiques. La diète inuite est basée sur les traditions et les préférences, notamment l’apparence, le goût et la qualité des ressources. Or, l’abondance et l’accessibilité sont des éléments clés, et certaines ressources – algues, crustacés et certains poissons, appelés tininnimiutait – peuvent être récoltées directement à partir du littoral toute l’année dans certaines zones. En général, les ressources marines sont connues pour leurs bienfaits pour la santé, mais le potentiel des tininnimiutait demeure très peu documenté.

Notre projet sera réalisé en collaboration avec deux communautés du Nunavik pour :

  • documenter leurs méthodes de récolte, les recettes locales et les propriétés ethnomédicales afin de co-créer de nouvelles recettes en collaboration avec les Nunavimmiuts (les Inuits d’Ungava), en mettant l’accent sur la participation des jeunes;

  • évaluer l’arôme et la qualité des tininnimiutait et examiner leurs saveurs distinctives, leur potentiel nutritionnel, et la sécurité alimentaire;

  • évaluer l’impact environnemental de leur récolte;

  • évaluer la durabilité économique de leur exploitation.

 

Cet effort à multiples facettes combinera la modélisation socio-économique, l’échantillonnage sur le terrain, la chimie alimentaire et les connaissances locales pour développer de nouveaux plats culinaires basés à la fois sur l’héritage traditionnel et les goûts des jeunes. Ce projet interdisciplinaire et intersectoriel favorisera les approches de co-création, la mobilisation des connaissances et les activités de renforcement des capacités. Les résultats mettront en évidence l’abondance et les caractéristiques des espèces alimentaires du littoral disponibles localement afin d’améliorer la qualité de l’alimentation, la sécurité alimentaire et la souveraineté au Nunavik.

 

Voir aussi